vendredi 14 février 2014

L'Assassin Royal, tomes 1 à 6

vendredi 14 février 2014
Titre : L'Assassin Royal, tomes 1 à 6
Auteur :  Robin Hobb
Édition : Bragelonne
Genre : Fantasy
Note : 10/10
Description : 


Dans un monde différent du nôtre, un univers médiéval-fantastique de rois, de guerriers, de pirates et de chevaliers, le peuple est en paix. Heureux, malgré les assauts occasionnels des « pirates rouges » sur leurs côtes. Mais voilà qu'on découvre le jeune Fitz, fils « bâtard » de Chevalerie, prince-héritier de la famille royale des Loinvoyant. Il grandit sans père - Chevalerie abdique lorsqu'il apprend son existence -, à la garde de Burrich, maître des écuries… Le monde de la cour du roi, dans lequel il évolue, n'est pas sans danger : au milieu des complots et des trahisons, Fitz n'a souvent que peu de liberté. Il doit allégeance - et la vie sauve - au roi Subtil Loinvoyant, son grand-père…
Un jour, un mystérieux vieillard fait irruption dans sa vie et commence très vite sa formation d'assassin royal. Car Fitz n'est pas n'importe qui : il devient une arme au service du pouvoir, il est celui qui peut changer le monde par ses actions… C'est du moins ce que lui affirme l'étrange Fou, son ami. Mais Fitz est-il prêt à exécuter sans discuter des ordres qu'il ne comprend pas ? Fitz doit aussi apprendre à maîtriser ses deux magies. La première est autorisée, louée, même si elle entraîne une dépendance : c'est l'Art. La seconde doit rester cachée, car elle est honteuse, et ses détenteurs souvent poursuivis et exécutés par le peuple : il s'agit du Vif, qui lui permet d'établir des liens privilégiés avec les animaux.

***

Je ne peux pas mettre autre chose que 10/10 à cette série. Bien entendu, ceci est une critique des 6 premiers tomes et non de l'intégralité de la saga, cependant il y a une coupure entre le tome 6 et le tome 7, on peut donc facilement les distinguer. Pour ceux comme moi qui ont lu l'histoire avec les intégrales La Citadelle des Ombres, cela correspond aux deux premiers tomes.

Un 10/10 pour Robin Hobb !
Cette série fait partie de celles qui ont des défauts, mais dont il est impossible de tenir compte. Vous savez, il y a des livres comme ça qu'on lit, mais à aucun moment on se dit "tiens, l'auteur aurait du faire plutôt comme ça", ou alors on conteste un choix ou le dénouement, parce qu'on devine ce que l'auteur a cherché à faire (avoir du succès, faire une histoire qui va plaire aux lecteurs ou je-ne-sais-quoi).
Avec L'Assassin Royal, il est impossible de se dire "l'auteure n'aurait pas du faire ça" parce que l'auteure est inexistante. Lorsqu'on ouvre les pages, on plonge complètement dans un univers qui nous fait oublier qu'on lit un livre. Il n'est plus question de se divertir, simplement de savoir ce qu'il se passe dans cet univers.

Il est facile de détester Fitz, beaucoup de lecteurs le font, mais ça n'empêche pas de continuer l'histoire. Hobb a une façon d'utiliser les mots pour que, quoi qu'il arrive, on continue à être captivés.
Personnellement, j'ai lu ces 6 tomes sur plusieurs mois, en lisant un chapitre de temps en temps et en lisant aussi beaucoup de livres en parallèle. Le rythme est assez lent, on suit l'évolution d'un garçon de ses 6 ans à ses 25 ans environ, et on découvre toutes les étapes de son éducation. Il n'est pas très dur de mettre le livre de côté pour le reprendre au bout de quelques temps, car c'est évident qu'avaler une série comme celle-là d'un seul coup peut refroidir un bon nombre de lecteurs !

Et l'histoire, au fond ?
On suit les aventures de Fitz, le bâtard du Prince Chevalerie, héritier de la couronne des Six Duchés. À six ans, son grand-père maternel l'abandonne à Burrich, le maître des écuries de Chevalerie, qui est par la suite chargé de son éducation, jusqu'au jour où le roi Subtil décide de faire de Fitz son assassin personnel. Fitz va alors apprendre à se servir de plantes ou d'armes pour exécuter les ordres de son Roi et grand-père.
S'ensuit une série de batailles, d'ennemis de la couronne à éliminer avec pour but dans le premier cycle : sauver les Six Duchés des nombreux ennemis, externes comme internes.
On est embarqués dans une histoire à la fois contre la montre, et qui en même temps se déroule sur de nombreuses années. On est très loin des histoires où les héros sauvent le monde en quelques semaines, mais pourtant il y a cette urgence de sauver le royaume qui donne une certaine frustration au lecteur car l'évolution est lente !

À la fin de ces 6 tomes, l'histoire pourrait s'arrêter. C'est une bonne chose pour quiconque serait déstabilisé par les 13 tomes de l'histoire de savoir que vous pouvez vous arrêter en cour de route sans pour autant que l'énigme reste en suspend !

C'est beau, c'est magnifique et ça prend aux tripes. À lire !


[Je ferais une critique du reste de la série bientôt.... lorsque je l'aurais lue :p]

5 commentaires:

  1. Il faudrait vraiment que je m'y mette à cette saga :) En tout car super avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! J'espère que ça aidera à te convaincre de les lire :)

      Supprimer
  2. Allez ! cette année, je lis au moins le 1er tome !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu viendras me donner ton avis ensuite ! :)

      Supprimer
  3. Merci pour ton enthousiasme! Je n'ai encore rien lu....

    RépondreSupprimer

Encore un Chapitre © 2014