jeudi 20 juin 2019

Paris in Utero par Selma Bodwinger

jeudi 20 juin 2019


Résumé : Quand nous entrons dans sa vie, Hortense est au plus bas. Etudiante de vingt-cinq ans, elle s’accroche à une histoire d’amour révolue. Sa colocataire, Marie, tente en vain de la consoler. Mr. Yous, un mystérieux correspondant, lui conseille de rencontrer un groupe de sorcières qui la désigne comme leur élue légendaire. Désemparée mais toujours pétillante, l’héroïne erre dans les arrondissements de Paris à la recherche de la vérité. Hortense doit-elle abandonner sa vie toute tracée et poursuivre cette quête improbable ? Les sorcières ne veulent-elles vraiment que son bien ? Pourquoi est-elle si troublée par Rachel, la jeune et séduisante sorcière ? Qui se cache derrière l’énigmatique Mr. Yous ?

Paris in utero est un roman initiatique mêlant humour, romance et fantastique tout au long d’une aventure urbaine décalée. C’est aussi l’expérience d’une jeune femme à l’heure des choix et de la réalisation de soi.

Titre : Paris in Utero

Auteur : Selma Bodwinger

Editions : Auto Edition



Comme son résumé l’indique, Paris in utero est un roman initiatique. On y suit Hortense, une étudiante dont l’existence se réduit à errer et à se raccrocher à une relation amoureuse terminée. Cela aurait sans doute continué ainsi si elle n’avait pas décidé un jour d’écouter le conseil d’un mystérieux correspondant et donc de rencontrer un groupe de sorcières…

Et là, ça aurait pu être le drame, car Hortense est une élue. Or quand une héroïne le devient, c’est surtout signe de problèmes et d’un grand danger à vaincre… sauf qu’ici le traitement est plus original qu’à l’accoutumée. Oui, Hortense est une élue, mais ses pouvoirs ne se déploient pas de la façon dont on aurait pu l’imaginer. D’ailleurs, les sorcières ne s’attendaient pas forcément à ce que cela se termine ainsi après l’avoir croisée. Du coup, c’était vraiment rafraîchissant à lire.

Hortense est un personnage que j’ai apprécié. J’ai aimé la suivre dans ses questionnements, la voir avancer et s’épanouir. Par contre, j’étais moins fan de Marie, sa colocataire. Heureusement, Hortense a l’occasion de rencontrer d’autres individus. Je songe notamment à Rachel avec laquelle elle va se découvrir une attirance pour les femmes et avec qui elle va entretenir une relation. Est-ce que Hortense est lesbienne ? Non, Hortense est bi. Elle aime sans se soucier du genre de la personne qui se trouve dans ses bras. Et je pense que l’on peut dire qu’Hortense deviendra une adepte du polyamour. Et question représentation, ça c’est chouette.

Maintenant, le livre contient des scènes érotiques, ce qui est plutôt logique vu la place que la sexualité a au sein de l’ouvrage. Je ne suis pas une adepte de l’érotisme parce que je trouve souvent les passages gratuits et sans intérêt pour l’intrigue. Ici, comme c’est un pan essentiel de l’histoire, cela ne m’a pas trop gênée. J’aimerais dire que j’ai adoré, mais il ne faut pas trop m’en demander non plus.

Paris in utero est une excellente surprise à laquelle je ne m’attendais pas forcément. J’ai apprécié le traitement de l’héroïne et la manière dont elle va s’épanouir. Cet ouvrage offre aussi de la diversité dans l’amour et le sexe, ce qui est capital dans notre société hétéronormée. Bref, un livre que je conseille. 


Je conseille

mardi 18 juin 2019

Dysfonctionnelle par AXL Cendres

mardi 18 juin 2019
 Résumé : Fidèle, alias Fifi, alias Bouboule, grandit dans une famille dysfonctionnelle ; Papa enchaîne les allers-retours en prison, Maman à l’asile ; mais malgré le quotidien difficile, Fidèle vit des moments de joie, entourée de ses six frères et sœurs aux personnalités fortes et aux prénoms panachés : Alyson, JR, Dalida, Jésus… Cette tribu un peu foldingue demeure Au Bout Du Monde, le bar à tocards que tient le père dans Belleville, théâtre de leurs pleurs et rires.



À l’adolescence, la découverte de son « intelligence précoce » va mener Fidèle à « l’autre » bout du monde : un lycée des beaux quartiers où les élèves se nomment Apolline ou Augustin, et re- gardent de haut son perfecto, ses manières de chat de gouttière et ses tee-shirts Nirvana. Mais c’est aussi là que l’attend l’amour, le vrai, celui qui forme, transforme… celui qui sauve.



Titre : Dysfonctionnelle
Auteur : AXL Cendres
Editions : Sarbacanes


J’ai lu Dysfonctionnelle il y a plusieurs mois déjà. Pourtant ce n’est qu’aujourd’hui que je le trouve le temps de vous en faire un avis. J’aurais pu ne pas le faire sauf que ce livre ne mérite pas qu’on le laisse dans un coin.

Je me souviens de Fidèle comme si c’était hier. J’ai sûrement oublié quelques passages. Néanmoins, je me rappelle que sa narration m’avait touchée en plein cœur. Dès que sa voix s’est fait entendre, je l’ai suivie jusqu’au bout. Lorsque j’ai refermé le livre, j’étais triste de dire au revoir à Fidèle. J’aurais aimé découvrir quelques bouts de vie de plus à ses côtés, voir quels tournants sa route allait connaître… Mais je savais aussi que le moment était parfait pour les adieux.

Je n’ai pas oublié son entourage haut en couleur. Grâce à la voix de Fidèle, je n’ai pas pu rester de marbre face à ses proches. Bien sûr, certains étaient plus insupportables que d’autres, mais rares étaient ceux à me laisser indifférente. J’ai été plus touchée par Marilyn, Zaza ou encore Grego. J’ai une tendresse particulière pour la mère de Fidèle sans doute aidée par le regard que notre narratrice pose sur sa maman. À l’inverse, je n’ai pu que détester Dalida. Vraiment. Beaucoup.

Puis il y a aussi Sarah, qui va entrer dans la vie de Fidèle. Je dois le reconnaître, j’aurais préféré que Fidèle tombe amoureuse d’une autre personne parce que Sarah m’a souvent tapé sur les nerfs. Néanmoins, les sentiments, ça ne se contrôle pas… et Sarah réussit à démontrer qu’elle est capable de revenir sur certaines décisions avec intelligence… Du coup, je lui pardonne. Un peu. Pas tout. Je ne suis pas Jésus. (Comprendront ceux qui auront lu Dysfonctionnelle.)

Dysfonctionnelle est une histoire à découvrir, qui parle de la famille, des liens qui les unissent avec justesse. Tout n’est pas rose, il y a des hauts et des bas terribles, mais cette histoire fait du bien. En tout cas, elle m’a fait un bien fou, ce qui me pousse à la recommander chaudement ! 

Je conseille

samedi 27 octobre 2018

Dans la lumière par Amélie Voyard-Venant

samedi 27 octobre 2018
Résumé : Édictés par les mystérieux Autres, Règles et Interdits dominent toute vie. Les humains ne connaissent que le jour, condamnés à se barricader dès le crépuscule, car la nuit appartient aux monstres. Lorsque le frère d’Ellara commet un Interdit, il est emporté par les Autres, pour ne jamais revenir. Décidée à le sauver, la jeune chasseresse part à sa recherche. Pour l’aider dans sa quête, elle embauche une Guide, Myrth, à l’allure aussi énigmatique que son passé. Ensemble, les deux femmes entreprennent de traverser le continent, prêtes à affronter ses nombreux dangers ; mais pour cela, il leur faudra apprendre à travailler ensemble.


Titre : Dans la lumière 
Autrice : Amélie Voyard-Venant

Edition : MxM Bookmark Infinity


Dans la lumière conte l’histoire d’Ellara, prête à tout pour sauver son frère Ismaël. Ce dernier a eu le malheur de transgresser un interdit. Il se retrouve alors emmener loin de son village par les Autres afin d’être puni pour sa maladresse. Or Ellara est en désaccord avec cette décision. Elle part donc à sa recherche avec la ferme intention de le ramener.

Suivre Ellara dans cette quête fut un vrai plaisir. Ce personnage féminin m’a plu d’emblée. Ellara est une chasseresse talentueuse, un brin arrogante. Elle sait ce qu’elle vaut et ne se laisse pas dicter sa conduite. Sa détermination force l’admiration. Elle est curieuse. Elle n’hésite pas à poser des questions pour en apprendre plus à son guide lors de leur voyage. Elle se montre touchante quand la détresse s’empare d’elle. Tous ces traits la rendent humaine, ce qui en fait un personnage réussi.

Tout comme l’est celui de Myrth, sa guide. Cette dernière est là pour conduire Ellara jusqu’à son frère. Elle est un peu le yin de sa cliente. Elle est intelligente, plus sage dans ses décisions même si cela n’empêche pas de faire preuve aussi d’audace. Elle ne se considère pas comme supérieure à Ellara, qu’elle respecte pour ses capacités de chasseresse. Elles s’accordent à merveille ensemble. Elles forment un duo réussi, qui laissera ensuite entrevoir un couple qui peut l’être tout autant.

Car elles vont tomber amoureuses l’une de l’autre. J’ai trouvé que la naissance de leur relation est naturelle. Alors bien sûr, elles vont connaître quelques obstacles. Cela ne sera pas facile, mais cela ne sera ni lourd ni problématique. Ici, Ellara ne se fera pas sauver d’une tentative de viol. Elle ne sera pas une petite chose fragile à protéger. Elle soutiendra même Myrth dans les combats. Je n’ai pas eu la sensation que l’un ou l’autre cherchait à dominer dans leur histoire. Non. J’ai juste vu deux êtres qui se respectaient et qui s’aimaient… Et qu’est-ce que ça fait du bien à lire !

L’univers dans lequel Ellara évolue est plaisant à découvrir. Il repose sur l’idée simple qu’à la nuit tombée des monstres montrent le bout de leur nez. Cela ne l’empêche pas d’être convaincant et de posséder son lot de mystères intrigants. C’était un écrin parfait pour le voyage d’Ellara, qui ne cherche pas à sauver le monde, juste son frère d’une décision injuste. D’ailleurs, je trouve ça bien que la quête soit si personnelle, qu’il ne soit pas question d’une élue venue accomplir une prophétie. C’est rafraîchissant. Oui, je le reconnais, je fais une overdose sur les élus dans les littératures de l’imaginaire. De temps en temps, c’est bien de revenir à des causes plus égoïstes, moins épiques, et qui sont passionnantes à suivre !

Si je voulais chercher la petite bête, ce serait sur un monstre. Il est un peu cliché. Je trouve presque dommage de le voir surgir dans cette histoire. Peut-être parce que je le retrouve trop souvent en fantasy ou dans les contes de fées. Après c’est vraiment pour chipoter…

Pour conclure, je dirais que Dans la lumière a été une lecture plaisante, qui m’a fait du bien. J’étais contente de découvrir une histoire d’amour sans voir d’aspects problématiques me sauter à la figure. C’était terriblement reposant. Je conseille donc Dans la lumière pour sa romance réussie, pour ses bons personnages féminins, pour son univers et pour l’intrigue.

Et je pense qu’avec le recul, cette histoire fera sûrement partie de celles que je relirai avec plaisir.


Je conseille



dimanche 26 août 2018

Transgresser les Règles par Cathy Pegau

dimanche 26 août 2018

Résumé : La première règle criminelle de Liv Braxton : Ne pas s’impliquer sentimentalement.
Le vol par effraction ne prête pas à se montrer amical envers les victimes, et de toute manière Liv n’a jamais rencontré qui que ce soit qui en vaille la peine dans la colonie minière du Nevarro. Il est donc facile pour elle de suivre ses règles. 
Jusqu’à ce que son ex, Tonio, débarque et lui propose une opportunité qu'elle ne peut pas refuser.
Jusqu’à ce que Zia Talbot, la femme qu’elle est censée séduire et arnaquer, bouleverse ses attentes comme aucune autre.
Jusqu’à ce que les secrets de la société minière Exeter deviennent mortels.
Mais pour que ça marche avec Zia, Liv ne devra pas seulement enfreindre ses règles. Ce qui est en jeu est bien plus important qu’un cœur brisé...

Titre : Transgresser les Règles
Auteur : Cathy Pegau

Editions : MxM Bookmark


Ma lecture remonte à quelques mois. Je vais donc faire appel à ma mémoire pour vous en parler, me maudire de l’absence de notes et garder l’ebook à portée de main en cas de doutes !

Plonger dans Transgresser les règles fut un vrai plaisir. J’ai aimé suivre Liv, qui se retrouve embarquée dans un contrat avec son ex, qui doit gérer sa mère et d’autres complications. Elle ne s’ennuie pas une seconde, et nous non plus. Elle apprend même qu’elle ferait une excellente assistance. En tout cas, Zia, qu’elle doit séduire, l’apprécie beaucoup dans ce rôle. Ensemble, elles vont former un duo plaisant à découvrir au fil des pages. Néanmoins, je regrette que la romance ne débute pas plus tôt, et qu’elle soit autant en retrait en vue de l’alchimie évidente entre Zia et Liv.

En fait, je n’ai pas eu l’impression de lire une romance teintée de science-fiction (qui est elle aussi en retrait), mais l’histoire de Liv. Heureusement, ce n’est pas inintéressant. C’est même addictif grâce à la personnalité de l’héroïne qui n’est pas une coquille vide. Elle est entourée d’une galerie d’individus hauts en couleur, qu’ils jouent un rôle de soutien ou d’antagonistes dans le contrat qu’elle a accepté. Mention spéciale pour son ex, Tonio, avec qui Liv entretient une relation complexe. Cette dernière évolue au fil du roman tout comme celle que la jeune femme a avec sa mère. Les liens se tissent, se défont et se refont au fil de l’intrigue qui n’est pas dénuée de rebondissements.(et la fin... cette fin... chut, je ne peux en dire plus !)

Côté personnages, si j’ai aimé Zia, j’ai eu l’impression que Tonio lui volait plus d’une fois la vedette. J’aurais tellement voulu voir Zia prendre plus de place, notamment sur la fin du livre. Je regrette d’ailleurs que ce soit un one-shot car une suite aurait été intéressante pour savoir comment nos deux héroïnes gèrent le passif entre elles. (Eh oui ! Liv séduit quand même Zia pour obtenir quelque chose à la base, pas pour en tomber amoureuse… et les conséquences sont loin d’être anodines.)

Bref même si la romance se fait voler la vedette par le policier, que l’histoire se centre surtout sur Liv, ce livre a réussi à m'offrir un bon moment.


Je conseille

 

mercredi 9 mai 2018

Outrage par Maryssa Rachel

mercredi 9 mai 2018
Résumé : Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.
Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse, passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble, peut être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.
Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas la bête qui rugit en elle et qui lui dit  » fuis « . Son corps, son sexe deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…
Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur : le sexe.

Titre : Outrage
Auteur : Maryssa Rachel

Editions : Hugo Roman

J’ai voulu me faire ma propre opinion sur Outrage.

Au début, je trouvais l’idée intéressante. Le potentiel était là pour que le roman marque dans le bon sens. Après tout une héroïne peut sombrer dans une addiction au sexe après une enfance difficile et une relation malsaine avec un homme. Honnêtement, j’étais prise aux tripes pendant une partie du livre. La description des sentiments de la jeune femme était d’une grande justesse. Le côté toxique de l’individu était bien retranscrit.

Sa descente aux enfers aurait pu me toucher autant. Sauf que la plume de l’autrice est venue tout gâcher à mes yeux. Ses petits élans poétiques ont desservi l’intrigue et m’ont carrément fait perdre le fil de la narration. L’écriture n’est-elle pas censée être un allié de l’histoire ? J’adore les envolées lyriques mais je préfère quand même la simplicité pour que je comprenne ce qui se passe…

En plus, certaines situations tombaient dans le trash inutile. Je les ai trouvées plus repoussantes qu’autre chose. A-t-on besoin de décrire tous les détail pour en saisir en l’horreur ? Non. Parfois, il est même plus efficace de ne pas nous montrer, de laisser l’imagination du lecteur faire le reste. En général, nous sommes très douées pour visualiser le pire des scénarios.

Du coup, je suis ressortie de ce roman frustrée. Ce livre aurait pu me remuer pour me faire réfléchir. Là, non. Le potentiel est gâché parce que la plume de l’autrice ne sert pas l’intrigue. Ses images rendent la narration confuse tandis que les scènes de violence vont beaucoup trop loin et achèvent de ruiner l’histoire.


Je ne conseille pas

Encore un Chapitre © 2014